2009-09-19

3h10: l'épreuve du feu

(Oui le Skrappa est fan de musique qui fait du bruit!)

Samedi dernier, avec le chacal poitevin (Skrappa quoi !), on a testé 3h10 pour Tucson. Outre le fait que ça nous a permis de faire des modifs sur certains points (le démarrage du train notamment –faut que je modifie mon ancien post), on s’est encore bien marrés. Le jeu se prête aux rebondissements, et là on a été servis !
Bon, depuis la dernière fois, j’avais bien renforcé mon équipe de bras cassés, faut dire que sur le papier la bande de Pinkerton que je lui avais préparé était beaucoup plus importante que mes zombis (je l’avais faite un peu à la louche !). Donc là, vu que je devais modifier quelque peu ma bande pour ce scénar, j’ai repris ma calculette et j’ai fait les comptes. Comme j’ai gagné samedi dernier, certains pourraient très vite en déduire qu’à niveau égal, j’suis bien meilleur… bon, c’est peut-être vrai, mais vu que je suis modeste, je me garderais bien de les suivre sur ce chemin… peut-être aussi parce que j’ai gagné, mais de peu ;)
Dernier point : on jouait avec les règles d’expérience que je suis en train de fignoler, ce qui m’a rendu encore plus vert à la fin ! (vous verrez vite pourquoi…)

(Rhoo, y z'avaient le soleil dans les yeux, c'est pour ça qu'ils ont perdu!)
Skrappa avait choisi une stratégie tout en finesse : ça bande a fait bloc autour du prisonnier et a décidé de foncer jusqu’aux rails. Dès le départ, je pense qu’il avait dans l’idée d’arrêter le train une fois celui-ci parti, et donc éviter de traverser le plateau jusqu’à la gare. Dès le deuxième tour, il joue donc une carte d’as pour faire siffler le train. A ce moment on a eu un brainstorming sur la gestion du train et toussa et toussa, et le choix a été fait de lancer le dé uniquement pour faire siffler une première fois, les sifflements suivants étant automatiques à chaque nouveau tour (ça amène un peu de pression sur le camp des Lawmens).

(une ville tranquille, avant les premiers coups de feu)

Comme la fois précédente, je me suis encore loupé sur le déploiement : envoyer des zombies en débordement sur les ailes, quand on sait qu’ils n’ont qu’une seule action de mouvement de 4’’ par activation, c’est un peu con ! Comme quoi, on peut créer des règles de jeu, des profils spécifiques, et être une nouille au niveau stratégie : je le savais, je m’étais fait la remarque la fois précédente, et pouf, je recommence ! C’est grave docteur ?

Bref, ça partait pas terrible, et puis le premier sang coule… et c’est le sien, là je me dis que c’est pas mal. Faut dire qu’oublier une fig derrière alors que toute la bande se déplace comme un seul homme, c’est… comment dire… un peu nouille ! ;) A nous deux on était vraiment dans un western spaghetti ! (oui elle est facile)
(La dynamite ça fait mal)
Petit à petit je grignote du terrain et j’envoie des Pinkerton ad patrès… Le chacal se défend bien, mais manque un peu de chance, jusqu’à un coup qui aurait pu être le tournant de la partie : j’envoie Ringo se planquer derrière les chiottes pour fondre sur l’ennemi à sa prochaine activation, et là c’est le drame, Skrappa, dans un éclair d’intelligence qui a dû lui liquéfier le cerveau, décide de pulvériser le Ringo et les chiottes d’un seul coup. Il balance la dynamite sur les toilettes et explose le couvert et le mort-vivant en même temps ! Aïe ! Outre le fait que j’ai dû me défausser de la moitié de mes cartes pour que mes hommes réussissent leurs tests de Tripes, je me retrouve avec mon meilleur flingueur éparpillé aux quatre coins du plateau.

(C'est sûr que là y'a déjà beaucoup moins de monde!)

Heureusement pour moi, mes gars réagissent bien et la bande de Pinkerton fond à vue d’œil ! (faut dire que se prendre des décharges de Cal .12 dans la face ça fait pas du bien). Skrappa essaie de traverser mes rangs avec le prisonnier, mais une riposte inespérée de Franck McLaury envoie le geôlier rejoindre ses ancêtres : Curly Bill est libre ! Très rapidement, mes hommes lui enlèvent ses chaînes et le voilà qu’il détale comme un lapin ! Mais pas dans le bon sens ! Comme un couillon, je lui fais effectuer son mouvement pour s’éloigner des deux Pinkerton survivants, alors qu’il aurait pu traverser la voie et sortir directement du plateau. Ma couillonnade ne s’arrête pas là, je me dis qu’à cinq contre deux, va y avoir de la bouillie de Pinkerton, et au lieu de me replier sagement, je flingue à tout va. Résultat, trois tours plus tard, Curly Bill parvient à franchir le bord du Plateau… seul survivant du clan maudit ! Tous mes outlaws se sont fait dessouder par les deux derniers Pinkerton ! Si ce n’est pas un manque de bol, ça !

Au final, je prends les points de la victoire, mais à quel prix ! Pour « finir » mon ennemi, je prive cinq de mes hommes d’un point d’XP supplémentaire pour avoir fini la mission sur leurs jambes et ma bande sera en piteux état à la prochaine partie ! Ou alors il va falloir que je décaisse une bonne partie de mon pognon pour les soigner !

Dur la vie dans les Territoires Interdits!

11 comments:

Skrappa a dit…

Rhoo, on avait le soleil dans les yeux, c'est pour ça qu'on a perdu !

Pro-tip pour dessouder du zombie : dy-na-mi-te.
Les pétoires, ça les fait doucement rigoler, faut toucher *et* sortir des As en blessure. Avec les explosifs aussi, mais on multiplie les blessures, et donc les chances d'obtenir les As ! (et de déboucher les toilettes, on joint l'utile à l'agréable) Ouais, bon, ça m'a pas empêché de perdre aux objectifs, mais ça soulage ^^

Et miser sur l'arrêt du train en marche pour ne pas avoir à traverser la table, faut oublier... ou avoir un adversaire très coopératif. Ou plus bête que soi.

gilel a dit…

Excellent compte rendu, on s'y croirait !

David a dit…

Merci Gilles :)

Le zombie c'est du teigneux, c'est sûr, mais c'est du lent! et puis si l'adversaire a de la chance, ça peut partir très vite (2 points de vie). Faut vraiment bien gérer leur déploiement, et pour la prise d'objectifs, faut mieux oublier!

Bon maintenant faut que je prépare le prochain scénario...

Het a dit…

excellent !
on y est c'est certain...en plein dans l'action.

ps : des photos gros plans, seraient terribles !

David a dit…

tu m'énerves avec tes photos gros plan! ;)
ça marche pas! en fait dès que je bouge la photo pour la placer où je veux dans le post, il me supprime la possibilité de zoomer. Pour preuve, la seule que je n'ai pas bougé, la première, est zoomable, elle!
Alors soit tu m'expliques comment on fait, soit tu m'expliques comment on fait!
non mais!

Het a dit…

cool !
je ne te parle pas de zoom mais de photo en gros plan, de près quoi, qu'on voit tes figurines et les décors (genre photo macro)...c'est plus clair là ?

Skrappa a dit…

Merci à Het d'avoir maquillé le peu de vie privée qu'il me reste après le passage de Boub' le paparazzi qui expose notre intimité à la Terre entière. Et en plus, c'est bien plus joli comme ça !


Quel talent, ce Het, j'ose à peine imaginer ce que ça donnerait s'il sortait des cartes-profils Zombstone de ses manches ! :fayot:

Het a dit…

hihihihihin j'attends juste les docs finales ;)..
et merci !

David a dit…

C'est sûr que les paysages du grand ouest américain c'est plus joli, et de meilleur goût, que les posters de l'intimité de Skrappa!
merci het!

François G. a dit…

Pourtant les posters de Skrappa ça donnaient un petit charme adolescent et revival ^^
Ce petit compte rendu donne bien envie de s'y mettre à Zombstone, surtout s'il y avait des cartes de références mise en page par Het-Sama ^^
Comment ça on est lourd ? Non non mon bon monsieur, cela s'appelle du Lobbying ;-D

David a dit…

Ouais, allons-y por l'Internationale des Cartes Zombstone! C'est la lutteuh finaleuh!